Accueil

La troisième campagne de l’étude EpiCov est maintenant terminée. Merci à toutes et à tous pour votre participation !

Bienvenue sur le site dédié à EpiCov, la grande enquête statistique sur votre état de santé et vos conditions de vie en lien avec l’épidémie actuelle due au coronavirus (Covid-19).

Cette enquête est menée conjointement par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) du ministère des Solidarités et de la Santé.

Son objectif est de renseigner sur la diffusion du virus dans la population et les conséquences de l’épidémie sur le quotidien et la santé des individus.

Fin de la vague d’enquête en juin

La 3e vague d’enquête, commencée au cours du mois de juin, s’est achevée le 7 août. Contrairement aux vagues précédentes, aucune analyse sérologique à partir de prélèvements sanguins n’a été menée au cours de cette vague. Les données issues de ces questionnaires permettront notamment aux chercheurs d’étudier en détail les thématiques de la vaccination Covid, de l’impact de la situation sanitaire sur la santé mentale de la population, et l’impact de la crise sanitaire sur les situations financières et de travail.

Cette enquête est reconnue d’intérêt général par le Conseil national de l’information statistique (Cnis), a reçu un avis d’examen par le comité du Label de la statistique publique (sans pour autant être obligatoire), est autorisée par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) et a reçu l’avis favorable du Comite de protection des personnes (CPP). Les exploitations qui seront faites de vos données respecteront l’ensemble des réglementations sur la question, et vous serez avertis à travers ce site et celui de la Drees de ces publications.

Toute l’équipe EpiCov remercie les participants qui ont accepté de participer encore à cette enquête, et espère que vous serez nombreux à répondre encore à la vague 4 qui aura lieu début 2022.

Résultats des vagues précédentes d’enquête

Vous êtes 135 000 à avoir été sélectionnés aléatoirement par l’Insee pour représenter l’ensemble de la population française, et à avoir répondu à un premier questionnaire en mai 2020, puis 108 000 à répondre une seconde fois au questionnaire que nous vous avons proposé en novembre 2020. Au-delà de ces questionnaires, près de 90 000 d’entre vous ont pu nous renvoyer des prélèvements sanguins qui serviront à étudier la prévalence de la maladie en métropole, aux Antilles et à la Réunion. Les premiers résultats montraient, à partir des réponses au questionnaire de mai et des analyses sérologiques réalisées, que 4.5% des personnes de 15 ans ou plus avaient été en contact avec le virus en mai 2020. Cette part était plus importante parmi les 30-49 ans, dans les communes les plus densément peuplées et pour les personnes habitant dans des logements surpeuplés. Les personnes ayant le moins de revenus mais aussi celles en ayant le plus étaient également plus souvent en contact avec le virus que les personnes au milieu de la distribution des revenus.

Les données collectées en novembre dernier ont quant à elles montré que 4% de la population a développé des anticorps entre mai et novembre 2020, portant ainsi à 8,5% la part de la population française à avoir été en contact avec le virus depuis le début de l’épidémie. L’Île-de-France reste la zone géographique où le virus est le plus présent, mais contrairement à la vague 1, ce sont les jeunes (adolescents et jeunes adultes) qui ont été plus souvent touchés que leurs aînés.

Ces données ont également permis d’éclairer la manière dont les anticorps se maintiennent ou non dans l’organisme, bien qu’il soit encore difficile d’en déduire des conclusions sur le maintien d’une protection contre une réinfection. L’influence des variants n’est par ailleurs pas possible à étudier par ce dispositif.

Pour plus d’informations, vous pouvez trouver les liens vers les publications dans l’onglet dédié ou bien consulter la page dédiée à l’enquête sur le site de la Drees.